C’est de l’or que Nicolas Peifer et Stéphane Molliens ramèneront dans le Grand Est

(1) Nicolas PEIFER_Stéphane Houdet_Tokyo Tennis fauteuil double @Crédit Grégory Picout

Par Etienne Bonamy, vendredi 3 septembre 2021. Photo : Nicolas Peifer et Stéphane Houdet / Crédits : Grégory Picout

 

Ce vendredi 3 septembre est un jour doré pour la Team Grand Est. A quelques minutes d’intervalle deux titres paralympiques sont venus récompenser ses athlètes engagés en double. Historique.

 

Photo : Fabien Lamirault et Stéphane Molliens / Crédits : Guillaume Mirand

 

Dans le court couvert de l’Ariake Park, c’est d’abord Nicolas PEIFER, avec, qui s’est imposé au terme d’une incroyable finale de double face à la paire britannique Hewett-Reid. Comme il y a cinq ans à Rio. Le scénario de la rencontre qui a duré 3h25 a maintenu le suspense pour les rares spectateurs présents mais bruyants. A l’expérience, le double français a gagné le 1er set (7-5) puis sombré dans le deuxième (0-6) face à l’énergie anglaise. Encaissant 9 jeux d’affilée, le duo tricolore était mené 3-0 dans le dernier set. Il était temps de se rebeller. Nicolas et son partenaire mettent alors de l’intensité dans leur jeu, varient les coups et repassent devant (5-4). Le suspense n’est pas fini quand les deux équipes sont à 6-6. Il faut en passer par le tie-break et une dernière volée de Stéphane Houdet pour arracher la victoire 6 points à 3. La 50ème médaille paralympique française à Tokyo. La 9ème en or.

 

Nicolas peut alors prendre sa tête dans les mains pour pleurer de joie, puis brandir avec Stéphane les drapeaux tricolores qu’ils ont récupérés. Une Marseillaise chantée sur le podium, un clapping avec les partenaires de la délégation mués en supporters, la fête est totale. « J’étais venu pour chercher la plus belle des médailles », raconte le Lorrain après avoir longtemps échangé au téléphone avec la famille et les proches restés à Sarreguemines. « Celle-ci est peut-être la plus belle parce qu’on a fait un très gros match, mis à part le deuxième set. Mais, à la limite, ça nous a mis un coup de pied au derrière. On est redevenu une équipe, soudés. Une finale, ça se joue dans la tête. Je l’ai répété pendant toute la partie ». De retour en France lundi, le repos sera bref. Dès mardi, le Lorrain part à New-York pour jouer l’US Open. « On fera la grosse fête après ». Ça promet.

 

Stéphane MOLLIENS, lui, aura tout le temps pour savourer son titre paralympique par équipes. A bientôt 47 ans, le pongiste rémois a ajouté à Tokyo une nouvelle médaille d’or par équipes, comme à Rio. La 10ème de la délégation française paralympique à Tokyo. Associé à Fabien Lamirault, Stéphane a dominé (3-2) la paire coréenne (Cha Soo-Yong – Park Jin-Cheol) avant que son équipier règle ensuite l’affaire en simple (3-1) contre Cha Soo-Yong. Du coup, Stéphane n’a pas eu à jouer son simple et a partagé sa joie avec tout le camp tricolore à nouveau présent en nombre dans les gradins du Tokyo Metropolitan. « Cette médaille d’or clôt ma carrière. Voilà la boucle est bouclée », est venu raconter le Champenois après son podium, le dernier d’une riche carrière avant sa retraite internationale qu’il a déjà annoncée. « Il y avait un petit peu de pression mais elle fait partie du job, parce que s’il n’y a pas de pression là, c’est qu’on s’en fout. L’épreuve par équipes est toujours très particulière, j’y ai toujours té épanoui. C’est une épreuve qui me convient à merveille depuis 2003 et mon entrée en équipe de France. On pratique un sport individuel et, là, on partage une grande récompense à deux ». Elle efface aussi la frustration d’une élimination prématurée en simple ici. « Il y a quelques mois je n’étais pas sûr d’être là à Tokyo (il était blessé au coude). Je garderai un peu en travers de la gorge de ne pas avoir pu pleinement m’exprimer mais il y a pour finir ces instants partagés. Seul on arrive à rien et c’est important d’être unis, et pour ça tout le collectif de tennis de table, leur présence, a été importante ».

 

En équipe également, la France n’a pas connu la même réussite en boccia pour la deuxième journée de poules. Battu jeudi, le trio dont Sonia HECKEL est une titulaire inamovible, a remporté un seul de ses trois matches du vendredi. Insuffisant pour prétendre à se qualifier en demi-finale. Et pourtant l’équipe française a démarré par un exploit en dominant la Grèce (4-3), championne paralympique en titre. Hélas, les deux défaites suivantes contre la Corée du Sud (1-7) puis la Grande-Bretagne (0-7), en fin d’après-midi, ont annihilé les espoirs. Sonia, avec Florent BRACHET son assistant, ambitionnait une médaille à Tokyo après le titre européen 2019. A 32 ans, la Lorraine a néanmoins participé à médiatiser son sport, présent pour la première fois par équipe aux Jeux. Une façon pour la championne de France de poser des jalons pour Paris 2024. Devant le public français, cette fois.

 

Eddie POTDEVIN, pour cet avant-dernier jour des Jeux à Tokyo, reste l’ultime chance d’une nouvelle médaille pour la Team Grand Est. Le Carolo sera en finale du 200m pirogue peu avant midi ce samedi. Un sprint de moins d’une minute pour aller chercher un podium olympique, voilà l’enjeu. Après avoir impressionné en série, la médaille récompenserait les mois de préparation du champion ardennais. « Je pense à tous les jours d’entraînements cet hiver sur le lac des Vielles Forges (le site de son club, Charleville-Mézières Canoë-Kayak) et dans les stages avec l’équipe de France », dit-il. « Ca valait le coup de consentir tous ces sacrifices. En séries, je fais le job et je m’évite d’aller bagarrer en demi-finale. C’est un ascendant psychologique sur les autres, maintenant, il reste l’essentiel avec une finale ». Quelques secondes pour l’éternité.

 

 

Les résultats du 3 septembre

BOCCIA

Centre de gymnastique d’Ariake

Poule A

Grèce – FRANCE : 3-4 (0-1, 2-0, 1-0, 0-3)

Corée du Sud – FRANCE : 7-1 (2-0, 0-1, 4-0, 1-0)

FRANCE-Grande-Bretagne : 0-7 (0-2, 0-2, 0-2, 0-1)

Sonia HECKEL, Florent BRACHET

 

TENNIS FAUTEUIL

Double messieurs – Finale

Nicolas PEIFER-Stéphane Houdet – Alfie Hewett-Gordon Reid (Grande-Bretagne) : 2-1 (7-5, 0-6, 7-6)

Médaille d’or

 

PARA TENNIS DE TABLE

Gymnase Tokyo Metropolitan

Par équipes messieurs
Finale

FRANCE – Corée du Sud : 2-1

Double

Stéphane MOLLIENS-Fabien Lamirault – Cha Soo-Yong-Park Jin-Cheol : 3-2 (4-11, 11-4, 11-8, 12-14, 11-8)

Simple

Fabien Lamirault – Cha Soo-Yong : 3-1 (11-5, 10-12, 11-5, 11-6)

Médaille d’or

 

Le programme du 4 septembre

PARA CANOË

4h56) (heure française)

Sea Forest Waterway

200m VL3 – Finale A

Eddie POTDEVIN