Tokyo 2020 : l'actualité de ce 6 Août

0 Titre

Par Etienne Bonamy – vendredi 6 août 2021, Photo : équipe de France Féminine de Handball, qualifiée pour la finale / Crédits : Julien Crosnier – KMSP

 

Avec les handballeuses, les histoires se finissent presque toujours par des médailles. Les joueuses d’Oliver Krumbholz iront, dimanche après-midi à Tokyo, en chercher une nouvelle. Elle est acquise, seule le métal reste une inconnue. L’or ou l’argent, comme à Rio en 2016.

Elles se sont qualifiées ce vendredi en dominant la Suède (29-27), révélation du tournoi, en demi-finale. C’était leur 7ème match depuis le début du tournoi et le groupe a encore montré toute son énergie. A l‘image de Chloé Valentini-Bouquet, ailière accrocheuse et radieuse à l’idée de jouer une finale olympique pour ses premiers Jeux. « C’est dingue. Je suis très émue, hyper heureuse mais il reste un dernier match. Le plus important.

 

Photo : Chloé Valentini-Bouquet / Crédits : Julien Crosnier – KMSP


On veut toute l’or
», souffle la néo-messine en sortant du parquet, toujours en sueur. Ça fait depuis le 10 juin qu’on est ensemble. On a galéré, on a tout partagé, et, en fait, on est tellement soudées par l’objectif qu’on croit que rien ne peut nous arriver. Pour la fatigue, on attendra dimanche soir. Toute joueuse pro qui s’entraîne tous les jours rêve de ça. Je veux qu’on aille gagner dimanche ».

Les basketteuses, elles remettent ça demain samedi après-midi. Comme à Rio, en 2016, et à Tokyo voilà dix jours, l’équipe de France menée par sa capitaine, la joueuse des Flammes Carolo, Endy Miyem, a perdu face au Japon aux JO. Au terme, d’une demi-finale totalement déjouée. L’ailière aux 164 sélections analyse avec lucidité la défaite. Ça été trop simple pour elles ce soir. On les a laissées prendre confiance sur le jeu de transition et les shoots à trois points où elles ont connu une adresse insolente. » Les bleues n’ont jamais trouvé la solution, incapables de lire le jeu de la diabolique meneur nippone, Rui Machida (18 passes décisives : record olympique). Il reste à se remobiliser samedi face à la Serbie, la revanche de la finale du dernier Euro perdue par les Bleues. « On a laissé filer l’or et l’argent. Il nous reste le bronze. C’est ça qui doit nous animer, nous motiver pour passer au-dessus de la douleur et de la déception », conclut Endy.

 

Photo : Endy Miyem / Crédits : Philippe Montigny – KMSP

 

Avec l’équitation, et le saut d’obstacles par équipes, impatient d’entrer en piste sur le parcours du saut d’obstacles, Simon Delestre a maitrisé parfaitement sa soirée où il était le premier tricolore à s’élancer. « Je suis plus que ravi car Berlux est un cheval jeune dans l’expérience. Démarrer à froid, puisque je n’ai pas sauté depuis 4 semaines, j’étais un peu inquiet qu’il soit tendu, mais il était bien au warm-up », raconte le Lorrain à sa sortie, seul cavalier français à réaliser un sans-faute. « Honnêtement, il a fait un tour d’anthologie. C’est un cheval énorme. Je pense que demain il va sauter pareil avec plus de liant entre les barres. C’est juste magnifique, un tour comme ça ». Résultat, la France participera à la finale par équipes ce samedi soir. Comme il y a 5 ans à Rio.

 

Loin de Tokyo, et beaucoup plus tôt, la fabuleuse carrière de Yohann Diniz s’est achevée sur l’ile d’Hokkaido, ce matin. Il était 8 heures (1 heure en France) quand le Champenois, au bout de l’effort et des ressources de son corps, s’est arrêté au bord de la route. Distancé, relégué à 1’ 40’’ de l’homme de tête et futur vainqueur, le Polonais Dawid Tomala, il s’est assis sur le trottoir et a enfoui sa tête entre ses mains. En pleurs. Le joli circuit urbain du 50 km marche tracé au cœur de la ville de Sapporo a été un chemin de croix pour Yohann. « J’ai vite senti que je n’avais pas de bonnes jambes, j’étais fatigué. Mal à l’adducteur, mal au dos, pas de bonnes sensations. J’avais du mal avec ma respiration. En gros, c’était la compétition de trop. L’olympiade de trop », vient-il dire plus tard à la presse. La chaleur et l’humidité se sont révélées insupportables. « Je n’étais pas en capacité de finir l’épreuve. Physiquement, je la subissais ». Lucide mais très abattu il conclut. « C’était la guerre mais je n’ai pas su être un vrai guerrier. Aux Jeux Olympiques, ce n’est pas le 50 km de sa rue. Il fallait avoir les dents qui rayent le sol. C’est compliqué de terminer là-dessus. C’est à l’image de ma carrière. Des hauts, des bas, jamais de bons Jeux Olympiques ». A 43 ans, le champion du monde 2017 a mérité sa retraite qui sonne aussi le glas du 50 km aux JO. L’épreuve n’est plus au programme en 2024.

 

De Sapporo à Tokyo, du petit matin au début de soirée, l’athlétisme était encore au programme de la team Grand Est avec les séries du 4 x 400 m masculin dans le stade olympique. Une épreuve où était engagé le Rémois Muhammad Abdallah Kounta. Sans succès. Le relais tricolore a réalisé son meilleur chrono de l’année (3’00’’81) mais finit à la 6ème place et ne disputera pas la finale demain dimanche. « J’ai essayé de pousser pour ne pas être très loin du lot, je veux gérer le premier 200 m et bien donner ensuite à Ludovic (Ouceni). Malheureusement dans le dernier 50 m je suis un peu perdu, je ne sais pas où il est placé. Du coup, je fais une petite erreur, je le lui donne en 3ème position », analyse le Rémois. « On était prêts mais pas à la hauteur des autres. On manque de performances en individuel ».

 

Les résultats du 6 août

 

ATHLETISME

Sapporo Odori Park

50 km marche

Abandon (non classé)

Yohann DINIZ

 

Stade Olympique

4 x 400m hommes – Séries

6ème (non qualifié)

FRANCE

Muhammad Abdallah KOUNTA

 

BASKET-BALL

Saitama Super Arena

Tournoi féminin – Demi-finale

Japon – FRANCE : 87-71

Endy MIYEM (4 points)

 

EQUITATION

Saut d’obstacles – Qualification par équipes

6ème (qualifiée pour la finale)

FRANCE

Simon DELESTRE

 

HANDBALL

Yoyogi National Stadium

Tournoi féminin – Demi-finale

FRANCE – Suède : 29-27

Méline NOCANDY (1 but), Chloé VALENTINI-BOUQUET (2 buts)

 

Le programme du 7 août

 

BASKET-BALL

9h00 (heure française), Saitama Super Arena

Tournoi féminin – Match pour la médaille de bronze

Serbie – FRANCE

Endy MIYEM

 

EQUITATION

12h00 (heure française)

Saut d’obstacles par équipes – Finale

FRANCE

Simon DELESTRE